( 5 juillet, 2016 )

Son histoire

Le souhait de Jigoro Kano, fondateur du JUDO, était de populariser une méthode visant à mieux utiliser ses ressources physiques et mentales en prenant comme point de départ le ju-jitsu (qu’il avait pratiqué durant 6 années).

La légende dit qu’il découvrit les principes du judo lors d’un hiver rigoureux, en remarquant que les branches du cerisier réagissaient différemment sous le poids de la neige abondante: les plus grosses cassaient alors que les plus souples pliaient et se débarrassaient de « l’agresseur » avec souplesse. La voie de la souplesse était née.
Jigoro Kano avait conscience que le Ju-jitsu tel qu’il était pratiqué n’était plus adapté à l’époque moderne. Les techniques étaient parfois très dangereuses à apprendre et la plupart des maîtres étaient soit incompétents pédagogiquement ou enseignaient un ju-jitsu décadent et inefficace. En s’inspirant des méthodes de différentes gymnastiques occidentales, Jigoro Kano décida d’expurger du ju-jitsu les mouvements dangereux et de codifier les techniques restantes afin de faciliter l’enseignement sous formes de kata. Il était évident que l’art de la souplesse, débarrassé de sa vocation guerrière, n’était plus du ju-jitsu, mais un nouvel art martial appelé JUDO.

Ce sport de combat connut alors un succès qui s’étendit largement au-delà des frontières japonaises et contribua largement à populariser les arts martiaux japonais.
Le judo est la discipline la plus pratiquée en France, devant le Karaté et l’Aïkido. Il est le troisième sport le plus pratiqué en France avec près de 550 000 licenciés et 5 547 clubs. Il est devenu officiellement discipline olympique lors des Jeux de Tôkyô en 1964. Le judo féminin a fait son entrée dans le programme olympique aux Jeux de Séoul en 1988 comme sport de démonstration avant d’être définitivement accepté à partir des Jeux de Barcelone en 1992. 

Pas de commentaires à “ Son histoire ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|